logoArcheoplus

Yverdon-les-Bains (VD)

Située à l’extrémité sud-ouest du lac de Neuchâtel, Yverdon-les-Bains est une ville qui a connu une longue histoire. Ses origines remontent à la préhistoire et les traces les plus anciennes connues sont les menhirs visibles au lieu-dit Clendy qui ont été dressés au début du néolitique moyen (4500-4000 ans avant notre ère). Plusieurs villages occupés entre 4000 et 2000 ans avant notre ère ont été retrouvés dans les environs.

Pendant la période celtique, une agglomération se développe sur un ancien cordon littoral, au bord du lac, à environ un kilomètre au sud-ouest des menhirs. Vers 80 avant notre ère, l’agglomération est protégée par un rempart découvert lors des fouilles pendant les années 1990. Pendant la période romaine, le site continue d’être habité et plusieurs monuments sont construits à cette époque (thermes, sanctuaire,...). Après les premières invasions germaniques, un castrum (forteresse) est construit vers 325 de notre ère à l’emplacement de la bourgade civile. Après le départ des légions romaines au 5e siècle, les remparts du castrum abritent pendant un certain temps la population civile.

En 1260, une ville nouvelle est créée par le duc Pierre de Savoie. Cette ville, plus proche du lac comme celui-ci s’est retiré depuis la période romaine, est le centre actuel de la ville. Ses remparts sont améliorés au 16e et 17e siècles, et c’est seulement à la fin du 18e siècle que la ville se développe hors des murs.

carte

Canton: Vaud

Coordonnées nationales: 539'068, 181'139

Fichier Google Earth: Yverdon-les-Bains-fr.kmz

Nom ancien: Eburodunum

Documentation

Bibliographie

  • Le livre à remonter le temps (voir Bibliographie), pp.178-182
  • Ansermet Stephan, Guide des lieux mystérieux de Suisse romande (voir Bibliographie), pp. 170-177
  • Cardinaux Stéphane, Géométries sacrées, Editions Trajectoire, 2004, pp. 142-143, 214-215
  • Lappé Andrée, Le Castrum romain, le passé historique et portuaire d'Yverdon-les-Bains, Yverdon-les-Bains, Société du Castrum Romain d'Yverdon-les-Bains, 2009, 25 p.
  • Voruz J.-L., "Hommes et Dieux du Néolithique, les statues-menhirs d'Yverdon", tiré à part de ASSPA 75, 1992, pp. 37-64

Liens

Autres sites visibles dans la région

Les menhirs

L’ensemble de menhirs de Clendy est le plus important site mégalithique de Suisse. Le site se trouve actuellement dans une clairière, près du lac. Les 45 menhirs ont été découverts vers 1878, mais ils ne furent dégagés qu’en 1975 et restaurés en 1986.

La taille des menhirs est variée, le plus petit a 35 centimètres de haut est le plus grand a 4,5 mètres. Pour des raisons de conservation, les plus petits blocs ont été déplacés dans le musée d’Yverdon et région (château d’Yverdon) et des copies en béton sont visibles sur place. La plupart des blocs ont été taillés pour leur donner une forme humaine ou géométrique. Les blocs les plus anciens ont été datés du néolithique moyen (4500-4000 ans avant notre ère) après comparaison avec les menhirs gravés de Bretagne. L’ensemble est composé de deux alignements de 50 mètres et de quatre groupes formant un arc de cercle.

Coordonnées nationales: 540'278, 181'367

Le castrum romain

Les principaux vestiges romains visibles appartiennent au castrum, dans la région du cimetière actuel. Cette forteresse était la troisième plus grande construite sur le territoire Suisse, après celles de Kaiseraugst (AG) et de Genève. Construite vers 325 de notre ère, elle avait forme de losange et une superficie de deux hectares environ. Les remparts étaient pourvus de 15 tours et deux portes. Le castrum était protégé à l’ouest par la Thièle et au sud par les marais de la plaine de l’Orbe.

Les parties visibles sont la porte est (au nord-est du cimetière), un tronçon restauré de la courtine dans le parc du castrum, et un bâtiment administratif à abside, transformé par la suite en grenier (au nord-ouest du cimetière). Les parties non visibles du rempart sont marquées au sol à l’intérieur et à l’extérieur du cimetière.

Coordonnées nationales:

Le château et la ville médiévale

Le château actuel a été édifié en 1260 par le duc Pierre de Savoie, à l’emplacement d’un château plus ancien construit en 1235. Endommagé par deux incendies en 1378 et en 1476, il fut à chaque fois rénové. De forme rectangulaire, il possède une tour circulaire à chaque angle, dont le donjon, au sud-est. Il a été successivement utilisé comme forteresse, comme résidence des baillis bernois, comme institut géré par le pédagogue Pestalozzi, comme pensionnat et enfin pour abriter le musée d’Yverdon.

La vieille ville a gardé la forme de la ville fondée par Pierre de Savoie. Après l’incendie qui la détruisit partiellement en 1476, elle a été reconstruite et agrandie. Les remparts protègent la ville jusqu’à la fin du 18e siècle, puis ils sont progressivement démolis pour permettre à l’agglomération de se développer. Actuellement, il reste très peu de vestiges des remparts médiévaux, mais il est possible de visiter le château qui abrite entre autre le musée d’yverdon et région (histoire de la région et collection archéologique provenant de différent sites régionaux (oppidum de Sermuz, villa romaine d’Yvonand-Mordagne,...), barques gallo-romaines, momie égyptienne) ainsi que le musée suisse de la mode.

Coordonnées nationales:
Archeoplus / Archéologie / Sites archéologiques / Yverdon-les-Bains (VD)